Patte de velours

Publié par Aourell Lanfrey, le 11 septembre 2019   50

Xl 7837e3 53b9a33f91a14847b655105dc7f771c4

Tapie dans les herbes, la lionne attend le moment idéal pour bondir sur sa proie. Le gnou qui broutait tout près ne l'a pas entendue approcher. La lionne jaillit des fourrés, le gnou sursaute et la course poursuite commence. En quelques mètres, et malgré les tentatives d'esquive du gnou, la lionne parvient à attraper son festin.

Dans de telles poursuites, qu'est ce qui permet aux félins d'être silencieux, agiles, précis et redoutables sur tous types de terrains ?

Jetons un œil à la loupe...

La lionne est un félin, qui possède des coussinets sous ses quatre pattes © Aourell Lanfrey

Quand on marche pieds nus toute la journée, mieux vaut avoir les pieds bien protégés !

Sous les pattes de Felix le chat, comme sous celles de Shere Khan le tigre, se trouve l'origine du super-pouvoir : les coussinets. Ces petites structures fermes sont de même nature que le reste de la surface du corps : de la peau, mais de la peau un peu particulière...

Les coussinets plantaires ou "pelotes" sont des parties cornées, ce qui signifie qu'elles sont formées de la même matière que le reste de la peau, mais dont la surface s'est densifiée, est devenue plus dure et plus solide. On y trouve aussi du tissu graisseux, dit "adipeux", et de petits filaments élastiques, qui garantissent l'aspect ferme et moelleux du coussinet.

Ces structures cornées permettent aux félins d'arpenter leur territoire sans répit, sans risquer de se blesser. En effet, grâce à leur couche de graisse et aux fibres élastiques, les coussinets protègent le dessous des pattes des chocs et des blessures possibles, et même des lésions liées à des changements de température. Chez les espèces qui vivent sur des sols brûlants, les coussinets sont en plus recouverts d'une couche de poils, pour assurer une protection accrue contre ces très hautes températures.

Le tigre possède également des coussinets, parfaitement adaptés à son mode de vie. © Aourell Lanfrey

Chez les félins, grands prédateurs, il est impensable de marcher en faisant le bruit d'un éléphant, ou de glisser pendant qu'on poursuit sa proie !

Là aussi interviennent les coussinets. Les félins se déplacent sur la pointe légère des pattes, et en agissant comme de véritables amortisseurs, les coussinets rendent les pas silencieux. Ils servent aussi de freins et d'anti-dérapants pendant les courses, et assurent une bonne adhérence sur des sols glissants ou escarpés.

Dans la course poursuite de la lionne et du gnou, ces rôles d'amortisseur et d'anti-dérapant sont parfaitement illustrés...

Le champion de la grimpette, c'est le margay. Nul doute que lorsqu'on est un tel funambule arboricole, on a besoin de coussinets parfaits ! Dans ces comportements d'escalade, le margay utilise aussi ses griffes pour s'accrocher, sa queue comme un balancier et possède même des articulations adaptées à son mode de vie. Quelques images de ce félin hors du commun...


Et puisqu'on parle ici de super-pouvoirs...comment ne pas rêver de pouvoir voir avec les mains ?

Les coussinets sont très sensibles aux vibrations, et permettent "d'entendre avec les pattes" !

Les coussinets sont des récepteurs tactiles ultra-sensibles. En effet, ils contiennent de nombreux corpuscules tactiles, structures microscopiques situées dans les couches internes de la peau, responsables du ressenti des sensations de pression et d'étirement.

Lorsque les félins marchent, les récepteurs tactiles des coussinets sont soumis aux vibrations du sol, et le félin pourra en tirer des informations très précises, telles que la taille de la proie qu'il suit, sa température, sa position par rapport à lui et son comportement. Ainsi, les coussinets sont de véritables radars permettant au prédateur de juger si l'opportunité est bonne, ou s'il court droit vers l'échec, ou pire...vers un danger.

"ils on forcé l'allure"

Mais les rôles des coussinets ne se limitent pas à la marche ou à la chasse. Ils sont aussi de véritables thermostats. En effet, les félins ne transpirent pas, car contrairement aux humains, ils ne possèdent pas de glandes sudoripares, responsables de la production et de l'expulsion de la transpiration. Chez les félins, pas question de mouiller le t-shirt après un footing ! Les seules glandes sudoripares des félins se trouvent entre les coussinets, et ce sont donc eux qui se chargent de la thermorégulation, autrement dit qui sont chargés d'équilibrer la température du corps.


Et si les maîtres qui ont des chats se désolent de voir leur beau canapé griffé, ce comportement reste tout de même lié à leur super-pouvoir. Entre les coussinets se trouvent également des glandes odorantes, qui produisent des composés parfumés. En griffant les objets de l'environnement, les félins déposent des messages odorants à leurs congénères, pour leur signaler qui est passé par là ! Ce comportement peut être observé chez les tigres par exemple, comme ici au parc national de Ranthambore en Inde.


Nul doute à présent que les félins sont bien des super-héros, et que les coussinets sont l'une des causes de leurs pouvoirs. Daredevil n'a qu'à bien se tenir !






Du même auteur

 24

Les animaux, ces super-héros