Conférences

Réflexions sur la dualité

  Annonce d'exposé:

Jeudi 15 novembre 2018, 17h, Salle A06-51, EHESS, 54 Bd Raspail, 75006 Paris.

Séminaire EHESS (Ecole des hautes études en sciences sociales), CIPh (Collège international de philosophie), 2018-2019. Figures de la dualité, comment penser « entre » les catégories ? Michèle Leclerc-Olive et Carlos Lobo.

Bernard GUY (Ecole des Mines de Saint-Etienne, Institut Mines Télécom):

Réflexions sur la dualité :

pensée relationnelle, contradiction, promenade entre espace et temps

  

Nous présenterons quelques façons de voir la question de la dualité à partir de nos recherches en cours. Nous parlons de dualité pour une association de deux « choses » (laissons le sens très ouvert) qui se détache du reste du monde ou que nous construisons comme telle (jour  / nuit, homme / femme, matière / lumière, théorie / expérience, sujet / objet, boson / fermion continu / discontinu, éternité/mortalité etc.). Pour classer les dualités (et sans éviter des cercles conceptuels), nous nous servons d’une dualité, composant d’un côté la raison pure (autant que cela a un sens), le discours sur le monde et sa pensée substantielle, disjonctive, et d’un autre côté (autant que cela a un sens) le monde, le réel « brut » lui-même, ou empirique, approché par des images, des expériences, une pensée relationnelle compréhensive. La possible multiplicité des discours en correspondance avec le monde entraîne de possibles contradictions entre eux. La dualité (espace / temps) mérite un arrêt spécial, car, en dernier ressort, les éléments du monde (mis en dualité dans le discours) renvoient à des relations spatio-temporelles concrètes. La dualité (espace/temps) ne correspond pas à l’association de deux termes qui fourniraient le cadre de notre existence et seraient acquis une fois pour toutes : les deux composants sont construits en opposition l’un à l’autre parmi les phénomènes, et leur frontière même est mouvante suivant les choix faits. Plutôt que de tenter de penser « entre » les catégories de l’espace de la pensée, ne pouvons-nous pas mettre de l’« entre » dans les catégories, c’est-à-dire les discuter sous forme de dualités, façon première de mettre de la mobilité dans le discours ?

Références : Actes des ateliers sur la contradiction, I, II, III, IV, Presses des Mines, Paris, 2010, 2012, 2014, 2017. L’éclair et le tonnerre, promenades entre l’espace et le temps, EPU, Paris, 2004. Espace = temps, dialogue sur le système du monde, Presses des Mines, à paraître, 2019. Penser ensemble le temps et l’espace, Phil. Scientiae, 2011. Ruptures urbaines, une pragmatique spatio-temporelle, Parcours anthropologiques, 2015.

 

 

le
nov. 15 2018

De 17:00 à 20:00