La pollinisation des sciences : de Saint-Etienne à Abu Dhabi

Publié par Céline Neau, le 13 septembre 2019   120

Xl caf

A l'école maternelle des Ovides à Saint-Etienne, les élèves de Grande Section tentent de garder un glaçon le plus longtemps possible : c'est une première étape pour comprendre comment l'eau peut se présenter sous différents états. Avec quelques heures de décalage horaire et à plus de 6000 km de distance, les enfants de l'école maternelle du lycée français Théodore Monod d’Abu Dhabi observent eux-aussi la transformation de l'eau glacée en eau liquide.

En effet, depuis 2016, les enseignants des 18 classes de cet établissement abudhabien mettent en place des séances de science, à partir des ressources de La Rotonde, Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle de l'Ecole des Mines de Saint-Etienne.

 

Les graines germées à Saint-Etienne

POLLEN, c'est le nom du projet qui a permis à Saint-Etienne, en 2006, de devenir ville pépinière de l'enseignement des sciences à l'école primaire. Ce projet, mis en place dans 12 villes européennes, était porté localement par l'Ecole des Mines, avec le soutien de la Ville de Saint-Etienne, l'inspection académique de la Loire et l'IUFM.

Le pari de l'époque était de soutenir l'enseignement des sciences à l'école, en engageant toute une communauté locale et en se basant sur une démarche pédagogique d'investigation, où les élèves deviennent acteurs du savoir tels des apprentis chercheurs. Pour accompagner les enseignants, un groupe de travail avait alors créé 35 malles pédagogiques, inspirées des ressources de La Main à la Pâte. Ces malles étaient utilisées par une trentaine d'écoles de Saint-Etienne et correspondaient chacune à un niveau de classe et une thématique scientifique. Cela permettait aux enseignants d'avoir le matériel adéquat, avec une proposition de séances pédagogiques : un outil clé en main pour faire des sciences avec les élèves.

 

L'essaimage

La formule a bien fonctionné. Très vite, d'autres écoles du département se sont emparées du dispositif et les malles se sont dupliquées ont été complétées, améliorées, augmentées, pour répondre au mieux aux attentes des enseignants.

A l'heure actuelle, ce ne sont pas moins de 650 malles qui sont utilisées dans le département de la Loire, pour le plus grand bonheur de 10 000 élèves. 40 malles différentes sont proposées, avec les séquences pédagogiques et la liste du matériel nécessaire partagées librement sur le site de La Rotonde.

 

Des ressources partagées à l'international

C'est en voulant développer des projets pour les maternelles que le directeur adjoint du lycée Théodore Monod d'Abu Dhabi a eu l'idée d'utiliser les ressources de La Rotonde. Le mois de mai est l'occasion pour les élèves de montrer ce qu'ils ont pu faire dans leurs projets scientifiques. Les classes de maternelle se sont donc bien approprié cet outil, et il doit être déployé pour les autres niveaux de classes à la rentrée prochaine. Le lycée Théodore Monod n'est d'ailleurs pas le seul à avoir créé ces malles, c'est également le cas d'un autre lycée d'Abu Dhabi et d'un lycée de Dubaï.