Explora, dans le monde éducatif d'aujourd'hui

Publié par Céline Neau, le 19 avril 2023   840

A quoi cela me sert-il d’apprendre mes tables de multiplications alors que j’ai une calculatrice sur mon smartphone ? Pourquoi suivre les cours d’histoire lorsque tout est sur Wikipédia ? Et à quoi bon m’exercer à faire des dissertations puisque GPT-4 fera mieux que moi ?

Les inquiétudes liées à l’apparition de nouveaux outils technologiques font parties du processus d’innovation. En tant qu’élève, je me posais des questions parfois sur l’utilité de tel ou tel cours qui paraissait complètement déconnecté de ma réalité et de mes avenirs possibles. En tant qu’adulte, je vois à présent les enseignant.es qui s’interrogent sur la manière de motiver les élèves et de leur enseigner les différentes notions des programmes. L’école d’aujourd’hui n’est plus celle de mon enfance. Il est encore plus loin le temps regretté de ma grand-mère qui apprenait par cœur les chefs-lieux de département en restant droite sur sa chaise d’écolière. La connaissance n'est plus délivrée avant tout par l'école, elle est partout sur internet. 

Alors à quoi sert l’école d'aujourd'hui ? Comment peut-elle jouer son rôle pour construire les citoyen.nes de demain ?

Les deux années d’expérience au sein d'Explora sont à mon sens inspirantes pour trouver des pistes de réponses à ces questions.


Explora est un lieu d’ateliers scientifiques ouvert par La Rotonde en 2021 à Saint-Etienne, qui accueille des petit.es et des plus grand.es, dont une grande partie de scolaires, de la maternelle au lycée. Une classe qui vient en sortie scolaire vit un atelier scientifique sur une thématique, accompagnée par un.e médiateur.ice scientifique. Le rôle d’Explora, en tant que partenaire éducatif, est d’apporter sa modeste pierre à l’édifice de la construction de la culture scientifique des élèves.


  • Proposer une activité engageante pour les élèves

Mardi matin, nous accueillons une classe de 3ème, qui rencontre Nathalie, chercheuse à l’Ecole des Mines de Saint-Etienne, spécialisée dans l'utilisation de biocéramique pour réaliser des prothèses osseuses en fabrication additive. Très vite, les élèves sont visiblement impliqués dans l’atelier. Simon, médiateur à Explora, leur propose de réaliser un modèle de prothèse avec le matériel à disposition, en essayant de répondre à trois critères, essentiels dans le quotidien de recherche de Nathalie : la solidité de la prothèse, son adaptabilité à la fracture et sa possibilité de laisser des cellules osseuses la coloniser.

Les élèves ne sont pas là simplement pour écouter le quotidien passionnant de Nathalie et pour découvrir le parcours de cette chercheuse. Ils se questionnent, essaient, améliorent leur prototype, sont engagés pour trouver des solutions techniques, discutent entre eux sur le sujet. Ils vivent eux-mêmes un des aspects du monde des laboratoires de recherche. Aucun doute : la classe est impliquée et motivée ! 

  • Savoir trouver une information fiable

L’enjeu pour les élèves d’aujourd’hui n’est pas tant d’apprendre par cœur des connaissances, mais bien d’être capable d’aller chercher une information valide, dans le foisonnement des informations à disposition sur internet. Mardi après-midi, Explora accueille une classe de 6ème SEGPA, pour un atelier Fake News. Pendant 2h, les élèves manipulent des arguments fallacieux et créent leur propre canular vidéo. Ils s'appuient sur une fausse personne qui fait figure d'autorité, utilise de la généralisation abusive, s'appuient sur des schémas qui crédibilisent leurs propos. Une évidence apparaît au fil du montage vidéo : manipuler une information est simple! S’en suit une discussion et la présentation d’outils pour comprendre comment vérifier la fiabilité d'une information et savoir où placer sa confiance. Les élèves quittent Explora, nous faisons le pari qu'ils seront un peu plus outillés lorsqu'ils visionneront leur prochaine vidéo Youtube complotiste.  

  • Prendre goût à l’effort, persévérer

Jeudi matin, Timoté, élève de CE2, se met à pleurer lors de l’atelier Ca bouge pour lequel il est venu à Explora avec sa classe. Depuis 10 minutes, il essaie de passer une ficelle dans le trou qu’il a fait sur son avant-bras en carton, afin de mettre son bras en mouvement lorsqu’il tire dessus. Cela ne fonctionne pas, il est découragé, frustré, énervé, c’en est trop, les larmes arrivent. Typhaine, médiatrice à Explora vient auprès de lui et ils réfléchissent ensemble : pourquoi cela ne fonctionne pas ? Le trou est trop petit. Comment peut-on l’agrandir ? Y a-t-il d'autres solutions ? Peu à peu, Timoté aperçoit comment décomposer son problème. Ce qui paraissait insurmontable devient à sa portée. Ce n'est pas facile et il fait l’effort nécessaire, se trompe, essaie de nouveau, persévère, jusqu’à atteindre un résultat qui n’était pas ce qu’il avait imaginé au départ mais qui est tout aussi satisfaisant. A une époque où l’on s’habitue parfois à ce que tout soit simple et confortable, il est utile d’entretenir le goût de l’effort et de la persévérance. Si ne serait-ce qu'un élève repart d'Explora en se disant que finalement, c'était difficile mais à sa portée, et qu'il ne faut pas se décourager au premier obstacle, alors nous avons fait notre travail dans cette journée ! 

Image

  • Expérimenter son pouvoir d’agir et de comprendre

Comme dans tout lieu de science, Explora a l’habitude du public inquiet et réfractaire qui s’autocensure avant même d’essayer, en se justifiant d’un « les sciences ce n’est pas fait pour moi ». C'est moi-même une phrase que j'ai pu penser à une époque. Vendredi matin, Estelle amène sa classe de CE1 pour un atelier électricité Carte lumineuse. « Je suis une littéraire moi, pas facile de faire des sciences avec mes 26 élèves !". Les élèves testent des matériaux conducteurs et isolants dans le circuit électrique qu'ils ont monté, puis ils créent un circuit avec de la peinture conductrice sur une carte. Première victoire : Estelle se prend au jeu, créé sa propre carte lumineuse et se surprend elle-même à prendre du plaisir pendant une activité scientifique!  Deuxième victoire : elle observe Alan et Soan, habituellement en retrait, qui lèvent pourtant la main ce matin et qui ont de très bonnes idées pendant l’atelier. Peut être qu'ils ne sont pas si mauvais élèves ? Lorsque le regard que l’on pose sur les autres change et que l’on réalise qu’ils sont capables de plus que ce que l’on imaginait, tout notre travail fait sens.

  • Comprendre comment fonctionnent les technologies à notre service

Vendredi après-midi, dernier atelier scolaire de la semaine, c’est de la programmation robotique avec Thymio, pour des CM2. Une question est posée au départ "Est-ce que le robot est intelligent?" Pour la plupart des élèves, la réponse est Oui. Le robot est comme une boîte mystérieuse qui est capable de les suivre et qui semble réagir avec intelligence, voire avec des émotions comme la peur, lorsqu'il semble s'enfuir. Pendant 2h, les élèves se familiarisent avec Thymio. Ils découvrent que ce robot à des capteurs infrarouges, des moteurs pour faire tourner ses roues, des leds de différentes couleurs... Ils utilisent ensuite le logiciel VPL pour en prendre les commandes. Peu à peu, ils réalisent qu'ils sont ceux qui décident du comportement du robot. Quel bonheur, d'utiliser une technologie lorsque l'on comprend comment elle fonctionne! Et quelle agréable sensation de contrôle! Est-ce que le robot est intelligent? A la fin de l'atelier, les élèves ont une certitude : ils ont utilisé leur intelligence pour pouvoir programmer un robot. 

Au fil de la semaine, nous n’avons pas révolutionné l’éducation et l’apprentissage à Explora. Les élèves sont venus deux petites heures. Mais ils expriment tous les jours l'envie qu'ils ont de revenir nous voir et le plaisir qu'ils ont partagé avec nous. Ils reviennent parfois avec le souvenir exact de ce qu'ils ont fait ici. L'expérience les marque. Parce qu’ils ont fait, qu’ils ont compris, qu’ils se sont dépassés, qu’ils ont été fiers d’eux, qu’ils étaient ensemble. Nous leur proposons des activités engageantes, et ils s'y impliquent avec une grande motivation. Nous contribuons à leur donner les outils pour savoir utiliser les technologies qui les entourent, savoir comment trouver une information fiable. Nous leur montrons qu'ils sont capables, que cela demande des efforts mais que ça en vaut la peine.  De toutes petites choses sans doute, mais qui rythment le quotidien de nos semaines et nous donnent le goût chaque jour d’aller travailler. En ce sens, je veux croire que nous participons à notre échelle à la construction des citoyen.nes de demain, et, qu'aux côtés de l’école, nous jouons notre rôle. Tout cela avec envie, passion, curiosité, et avec beaucoup de plaisir !