L'école de demain - de nouveaux espaces d'apprentissage

Publié par Céline Neau, le 31 juillet 2018   390

Xl 20151112 fy08647 300x178

"Je suis rentrée à l’école en mars 1928. J’avais 4 ans pile. J’étais fière, heureuse. A l'époque, l’école était très dure. Ce n’était pas la maternelle comme aujourd’hui. Il ne fallait pas bouger, bien se tenir, ne pas parler pendant la classe, faire des bâtons bien droits sur son ardoise. Malgré tout cela, je l’ai bien aimée". Ce témoignage est celui de ma grand-mère, née en 1924. En deux générations, l'école a déjà bien changé et ces souvenirs semblent faire partie d'un passé si lointain. Que diront nos petits-enfants, lorsque nous leurs raconterons à notre tour nos souvenirs d'école?

Je travaille aujourd'hui avec les écoles primaires du département de la Loire, en étant employée par l'Ecole des Mines de Saint-Etienne. Cela me donne la chance de croiser régulièrement des professeurs des écoles mais aussi des enseignants chercheurs de l'école d'ingénieur. Alors que leurs élèves sont de niveaux bien différents, ils partagent parfois exactement les mêmes réflexions : comment motiver les élèves? Comment tester de nouvelles méthodes pédagogiques? Comment changer l'aménagement des salles de classes?

Makerspaces, Fablabs, Learning Spaces, Living Lab, les noms anglophones se multiplient et semblent garantir un aspect innovant. Derrière le nom peuvent parfois se cacher de belles sources d'inspiration pour répondre à ces questions. En voici deux qui influent sur nos projets d'éducation aux sciences.

Un constat partagé : les élèves changent

En réalité, ce ne sont peut être pas tant les élèves qui changent que le monde dans lequel ils vivent. L'accès à la connaissance s'est radicalement transformé et la salle de cours n'est aujourd'hui plus le lieu exclusif de l'apprentissage. De nombreuses études montrent aujourd'hui que la pédagogie employée (ISTE, BAYSE - 2015), mais aussi l'espace physique (Barret - 2015) peuvent avoir un fort impact sur la réussite des apprenants.

Tout cela amène de nombreux établissement, du primaire à l'enseignement supérieur, à se plonger dans une réflexion afin de transformer l'éducation, en commençant parfois par faire bouger les murs.

L'inspiration Learning Lab

L'OCDE définit le Learning  Lab (ou Learning Space) comme "un espace physique qui favorise des enseignements et des apprentissages multiples, qui permet d'utiliser les nouvelles technologies et qui est en harmonie avec son environnement et encourage la participation sociale". Vaste programme. En France, le terme n'est pas encore très utilisé. L'Italie et le Portugal par contre se sont emparés de ce terme avec vigueur et mènent un programme national pour impulser cette dynamique dans leurs établissements scolaires.


L'idée principale est d'avoir des salles qui permettent différents types d'activités. Cela se décline souvent par un grand espace très modulable, ou plusieurs espaces organisés pour des usages distincts. L'élève peut alors être amené à travailler en groupe, puis à faire des recherches sur ordinateur, avant d'exposer un projet devant la classe en auditorium, ou de tourner une vidéo pour la valoriser. La classe n'est plus organisée en "rangée d'autobus" où l'enseignant fait face à l'ensemble des élèves pour délivrer son savoir. Où plutôt, cela n'est plus la disposition par défaut de la classe, et donc la posture pédagogique par excellence. Les élèves sont véritablement acteurs de leur apprentissage.


Des exemples de Learning Lab:
- le projet européen Future Classroom Lab - Bruxelles
- le learning lab du campus HEP - Lyon
- le réseau national des Learning Lab : Learning Lab Network



L'inspiration MakerSpace

Autre nom, autre ambiance... Un MakerSpace est un espace qui encourage la création, l'expérimentation, l'invention, la construction. Ce mouvement, très développé aux USA, s'appuie sur la science, l’ingénierie, le design, pour permettre à chacun de s'épanouir dans une démarche de création.
Au niveau éducatif, la philosophie MakerSpace prône l'intérêt pour les élèves de s'engager dans un processus de construction concrète, pour se connecter au réel et développer sa curiosité. Chris Anderson, dans son ouvrage Makers : The New Industrial Revolution développe l'idée selon laquelle les" enfants Makers" développent des compétences utiles dans le monde professionnel de demain : créativité, résolution de problème, esprit critique, etc.

Un MakerSpace est généralement un espace rempli d'outils et de matériaux, où l'on vient construire son propre projet, où se lancer dans un défi technologique. Par exemple : créer une machine qui gribouille automatiquement, une fois qu'elle est lancée. Sous ses airs de bidouillage, l'activité incite à mener une réelle réflexion technologique.

Des exemples de MakerSpace:
- le MakerSpace du NYSCI - New-York
- le MakeShop du Children Museum of Pittsburgh
- Le réseau américain MakerEd

La suite

Je crois résolument qu'il n'existe pas de pratique idéale en terme de pédagogie, et qu'en tant qu'élève, on peut aimer l'école indépendamment de la posture pédagogique choisie, ou de l'aménagement de l'espace, lorsque l'on rencontre des enseignants passionnés. Je crois aussi que l'école est devenue un espace de plus en plus chaleureux et que cela ne peut qu'avoir un impact positif sur la relation entre les élèves et l'apprentissage. Je suis heureuse d'avoir aimée l'école, tout en ayant vécu une réalité plus bienveillante que celle de ma grand-mère.

J'ai hâte également de voir ce que sera l'école de demain. Les différents mouvements qui se développent contribuent à transformer l'espace scolaire. Alors que les sciences continuent parfois d'être mal-aimées à l'école et de créer un sentiment d'exclusion, je suis persuadée que cela peut évoluer, si l'agencement de l'espace et la posture pédagogique permettent aux élèves de se sentir acteurs.

Dans quelques mois, nous ouvrirons un nouvel espace d'éducation aux sciences. Nous le voulons accueillant, confortable, flexible, qui encourage la création et qui permette à tous et toutes d'avoir envie de faire des sciences. Je rêve déjà d'y amener ma grand-mère qui n'a jamais aimé cette discipline, afin de lui faire vivre les sciences autrement.