Pourrait-on se gratter le nez si nous n'avions pas de coude?

Publié par Céline Neau, le 14 février 2017   830

Xl p1230231

C'est la question que se sont posés les élèves de CP de l'école de Tarentaize, avec Alexis, élève-ingénieur de l'Ecole des Mines de Saint-Etienne.

Tout a commencé avec un rouleau rigide autour du bras et des défis à réaliser : peut-on faire ses lacets, se gratter le nez, se brosser les dents...

L'idée était ensuite de réfléchir à la manière dont un bras fonctionne. Alexis aide les élèves pendant une séance à réaliser leur modélisation du coude, pendant que Julie, l'enseignante, accompagne un groupe sur leur recherche documentaire.

Mais au fait, comment se fait-il qu'on peut plier le bras dans un sens, mais que dans l'autre sens il bloque et reste tendu? Les élèves proposent leur propre schéma de l'intérieur de leur bras. "Moi j'ai mis 13 os à l'intérieur, mais maintenant je pense qu'il y en a moins." dit Alperen, lors de la 4ème séance.


Julie oriente les élèves pour qu'ils utilisent les ressources de la classe : livres, affiches... Les élèves réfléchissent aux moyens de trouver les informations par eux-mêmes, alors qu'Alexis les aide à déchiffrer le nom des os du squelette.

Les élèves se passionnent pour les os de la main, lorsque Julie leur amène sa propre radio réalisée quelques semaines auparavant, lors d'une fracture.


Il ne reste plus qu'une séance pour ce projet autour des articulations, puis Alexis quittera les élèves pour continuer sa 2ème année d'école d'ingénieur. Pour chacun d'entre eux, l'intérieur du bras et du corps humain est devenu un point moins mystérieux, mais de plus en plus de questions se posent : "Mais Alexis, pourquoi ta barbe elle a poussé?"


plus d'informations sur ce type de projet : www.astep42.fr ou http://www.ccsti-larotonde.com